Préface

Ma première visite dans un centre de recherche de primatologie fut une expérience choquante pour moi, non seulement en tant que personne saine psychologiquement, mais aussi en tant que chercheur formé à rigoureusement contrôler les variables extérieures qui pourraient biaser les données scientifiques.

Il y avait des centaines d'animaux dans de toutes petites cages individuelles dénudées avec rien d'autre à faire que de regarder fixement les murs tristes et attendre leur tour pour être assujétis à des procédures terrifiantes. Les cages étaient superposées en double étage pour accomoder un nombre maximum d'animaux dans des pièces sans fenêtres. Ce poème – composé par un technicien animalier travaillant dans un laboratoire de recherche primatologique prestigieux – exprime exactement ce que je ressentais.

Espoir brisé

Stupéfait, marchant le long des cages,
et des cages, et des cages,
chacune contenant une émotion
la peur, la dépression, et la rage

chacune unique
l'une aggressive, sa voisine résignée
un millier de vies enfermées
avec des futurs désolés

un monde surréel
d'acier inoxidable
sans jamais pouvoir toucher un ami
ni sentir le soleil

des vies entières complètes contenues
dans un mètre carré
*
de la naissance pendant toute une vie
jusqu'au dernier battement de coeur

On pourrait même comparer cette situation à celles des prisonniers humains dans des camps de concentration.

J'eus bientôt l'occasion de travailler dans un tel laboratoire en tant que vétérinaire et éthologiste pour améliorer les conditions de vie des animaux et la façon dont ils sont traités.

Mes priorités furent: a) de permettre aux animaux d'exprimer activement leur besoin de contact et d' interaction sociale avec au moins un congénère compatible, b) de dresser les animaux à coopérer au lieu de résister pendant les procédures, c) d'encourager le personnel animalier à percevoir un animal comme un être sensible plutôt que comme un instrument de recherche numéroté, d) de rendre la dimention verticale accessible aux animaux, et e) leur permettre de passer du temps à fourrager.

Je suis reconnaissant que le laboratoire me permit de surmonter partiellement l'inertie de la tradition et d'introduire des techniques d'hébergement et de manipulation, qui non seulement allaient à l'encontre des vues conventionnelles, mais les réfutaient même. Cette collection de photos parle de mes préoccupations concernant la façon traditionnelle de loger et manipuler les macaques et de mes succès à developper des alternatives de raffinement. C'est mon désir d'inspirer le personnel animalier, les chercheurs, les vétérinaires, et les administrateurs de colonie de se permettre d'éprouver de la compassion pour les animaux à leur charge et d'avoir le courage de mettre cette compassion en action, pour le bien-être des animaux et pour leur propre bonheur.

Viktor Reinhardt
Mt. Shasta, September 7, 2000


* 4.3 square feet


  Table des Matières